L’improbable potager et ses herbes folles

Résumé du Projet :

Fast food, supermarchés, pesticides, mauvaises herbes, isolement, solitude… et si la créativité et l’intelligence collective nous permettaient de nous reconnecter à notre mère nature, de reprendre possession sur nos choix de consommation et de tendre vers un meilleur équilibre ?

Le projet « l’improbable potager et ses herbes folles » veut sensibiliser le tout public à la question de l’alimentation et de la biodiversité. Par des balades à la découverte de la nature, des potagers collectifs mais aussi par la participation à des ateliers de théâtre action, la création de traces pérennes permettant d’identifier cette nature riche et sauvage à travers des enregistrements, des représentations graphiques, des contes… Le projet prend sa source dans le contrat programme du Centre Culturel de Perwez, rédigé à la suite d’une analyse partagée du territoire qui a rassemblé tant les associations membres que les citoyens ou les élus locaux. Il se veut durable et se prolongera durant tout le contrat programme et même au-delà.

Contexte

Le projet contribue aux axes de développement et de la vision de Perwez en 2035 imaginée  par les citoyens ainsi qu’aux objectifs généraux suivants :

  • Sensibiliser, informer et éduquer aux enjeux de société
  • Accompagner les changements de modes de vie
  • Valoriser pleinement les atouts, les ressources et les partenaires du territoire
  • (Re-)connecter les gens, les générations, les villages, les associations
  • Sortir la culture, la partager

Le potager reprend aujourd’hui ses lettres de noblesse ; s’alimenter autrement, retrouver des pratiques ancestrales de culture plus saine, réaliser des économies, imaginer l’autogestion alimentaire pour un futur avec un contrôle du citoyen, tout cela est-il illusoire ?

Avec la crise sanitaire que nous traversons, des citoyens, en plein confinement se sont tournés d’avantage vers des modes de consommation alternatifs s’ouvrant aux producteurs locaux, s’intéressant à une alimentation plus saine, au maraîcher à proximité, aux magasins en vrac, aux échoppes des marchés hebdomadaires… Ces choix peuvent-ils se pérenniser, peuvent-ils survire dans un contexte de croissance économique tel que nous impose la société ?

D’autres questions se posent et ont été traitées au Centre Culturel de Perwez dans le cadre

d’un projet avec les allocataires des CPAS, des publics en alphabétisation et animateurs de centres culturels des communes de Perwez, Gembloux et Eghezée dans le cadre de la Coopération 3 CC (Centre Culturel).

Bien manger est-il réservé à la classe privilégiée de la population ? Mieux s’alimenter rime-t-il avec gagner plus d’argent ?

Ces questions rejoignent le concept de démocratie alimentaire.

Il représente la revendication des citoyens à reprendre le pouvoir sur la façon d’accéder à l’alimentation, dans la reconnexion entre celle-ci et l’agriculture.

Nous nous promenons régulièrement à travers bois et champs, dans nos villes, nos villages, en rue, dans les parcs sans vraiment prêter attention aux plantes qui nous entourent. Ces herbes folles que nous appelons « mauvaises herbes » possèdent pourtant des vertus et propriétés insoupçonnées. Si elles nous donnent souvent du fil à retordre, les mauvaises herbes nous démontrent aussi le pouvoir de la nature et de sa spontanéité !

Ces fleurs sauvages qui ornent les bordures des chemins de remembrement de nos villages lors de nos promenades méritent elles aussi d’être sauvegardées, choyées, utilisées pour leurs qualités !

Nous pensons à l’Ortie, au pissenlit, aux millepertuis et autres herbes farouches que nous coupons régulièrement à l’heure de tondre nos jardins…

Pourquoi ne pas aller à la rencontre de ces plantes oubliées ou redoutées en les nommant, en les affectionnant à travers des contes, des dessins, des recettes, des dégustations ?

Objectifs spécifiques :

  • Mobiliser la population, les partenaires publics et privés autour de projets concrets ; sensibiliser, former, co-construire autour de valeurs partagées ;
  • S’intéresser à d’autres modes de culture (permaculture, aquaponie, etc.) ;

Impact visé sur l’exercice du droit à la culture :

La co-construction, le droit de participer à la mise en œuvre de politiques culturelles, le droit d’être consulté, de participer aux décisions, à l’élaboration et à la gestion de projet ;

Le droit au maintien et au développement des cultures et des patrimoines ;

Conditions préalables et/ou mesures d’accompagnement souhaitables :

S’informer sur des projets déjà en cours dans ce cadre mis en place par d’autres partenaires, découvrir des projets similaires menés dans d’autres communes, se renseigner en termes de faisabilité et tester les réactions des pouvoirs publics.

Partenaires potentiels :

Actions :

  • Mise en place d’un atelier théâtre avec la Compagnie Buissonnière :
  • 30 séances ouvertes au tout public en partant du vécu des comédiens, sur base d’improvisations… (Citoyens de Perwez et alentours)
  • Confection des décors
  • Réalisation de la Pièce de théâtre en intérieur ou extérieur
  • Evaluation par le groupe et le chargé de projet
  • Travail d’identification et artistique autour des herbes folles
  • Balade à la découverte des herbes folles, identification des lieux, des noms, photos
  • Projet qui se veut participatif
  • Ateliers artistiques (technique à définir) afin de laisser une trace
  • Confection de fiches sur les plantes, dessins
  • Traces sonores via la Revue Sonore
What do you want to do ?

New mail